Les premiers seigneurs de KERIBER

info document - JPEG - 967 octets

Le manoir de KERIBER est une baronnie comme le manoir de PENMARC’H, dans la trève de Saint-Frégant, les deux familles se disputant la première place dans la paroisse de GUISSENY.

L’héritage principal de Kériber est décrit dans l’aveu de 1520 : « Savoir est, en la paroisse de Ploesezny, le manoir de Keriber o ses jardrins, vergiers, ,porte, boyas, guareine, columbier, issues, franchises et largisses, ainsi qu’il est cerné de murs, mazières et fosses, situé entre les chemyns qui viennent de Guicsezny à Lesneven d’un côté, et ung aultre chemyn qui conduict du villaige de Kerderch audict lieu de Lesneven d’aultre. Item le moulin dudict manoir de Keriber o ses burons, estang, bie, reffoul, issues, franchises et largisses, avecques le fenyer dudict manoir estant au dessoubz dudict manoir, moulin comme sont situez entre le chemin estant entre les clostures dudict manoir et ledit fenyer d’une part, et terres des appartenances du manoir du Rest, d’aultre ».

ruines du manoir - JPEG - 153.3 ko
ruines du manoir

Il faut y rajouter le manoir de Keriaquell, également propriété du seigneur de KERIBER ainsi que des terres dans la trève de Saint-Frégant.

***********

  • Salomon de KERIBER est marié à Amice KERAUDI. Il est présent à la Montre de Lesneven le 1er janvier 1378. Il meurt en octobre 1400 et elle en janvier 1416. Ils ont un fils aîné Olivier. (souces : les comptes des receveurs de Lesneven Guillaume Marheuc et Maurice Kermaleuc).
  • Olivier de KERIBER, fils aîné et héritier principal (comptes du receveur de Lesneven de 1403-1404), « fait hommage au duc ». Il est marié à Amice de KEROULAS (fille d’Hervé de Keroulas et Catherine de Kergadiou, mariés le 19 avril 1393). Olivier est décédé avant 1422 et Amice après 1422. Ils ont un fils aîné Salomon.
  • Salomon de KERIBER marié à Jehanne de KERLECH. A la Réformation de 1427-1429, Salomon KERIBER possède le manoir de Keriber, mais aussi un « hostel » au village de Kervenaouen et un autre à Keryaquell. A la Montre de 1443, un « Salaun de KERIBERT » est dit « sieur dudit lieu » et « sieur de KERVENOUAN », paroisse de Guissény. Il est en procès avec Jan de Keroulas, frère de sa mère (8 may 1458 et 8 juillet 1460) : « 2 exploicts judiciels, au pied l’un de l’autre, entre Sallomon de Keriber, fils d’Olivier de Keriber et Amice de Keroulas, et ledict Jean de Keroulas, frère aisné de ladicte Amice de Keroulas et hérittier principal et noble de Hervé de Keroullas, pour l’exécution du mariage promis à la dicte Amice ». En 1488, c’est Jeanne de KERLECH qui présente un aveu pour le manoir en tant que veuve de Salomon KERIBER.

Avec le remariage de Jeanne de KERLECH, les biens de KERIBER passent dans la famille RANNOU de Ploudalmézeau.

façade du manoir - JPEG - 83.1 ko
façade du manoir